+32 4 227 76 74

COMMUNICATION DU PRÉSIDENT FÉDÉRAL

Mesdames, Messieurs,

La situation sanitaire est actuellement mauvaise, voire critique.

Le Codeco de ce vendredi 26.11 a encore pris une série de mesures restrictives, tout en permettant la poursuite du sport amateur, sans public, et en réduisant les jauges pour le contrôle du CST.

Toutefois, les innombrables cas de Covid qui nous sont communiqués, et les très nombreuses demandes de report de matchs pour la même cause, que ce soit au niveau provincial, fédéral ou national, rendent la poursuite des compétitions difficilement gérable.

Le problème n’est évidemment pas la compétition en tant que telle, mais bien évidemment, la surpopulation ou la suroccupation des salles.
Aussi, en accord avec les directeurs sportifs du Comité Faîtier National, et de la F.B.F.P, nous avons décidé de suspendre les compétitions fédérales et nationales jusqu’au 15.01.2022, où, si les conditions imposées le permettent, elles reprendront selon les calendriers établis.

Cela signifie donc que :

  • Le week-end à venir (27 et 28 novembre) les compétitions se poursuivront comme prévu, à moins que les responsables provinciaux n'en aient déjà décidé autrement.
  • Aucun match de la compétition d’hiver n'aura lieu du 29 novembre au 14 janvier, à l'exception des matchs reportés (plus d'informations ci-dessous).
  • Les matchs reportés au week-end des 4 et 5 décembre doivent se jouer (sans public).
  • Le week-end du 15 et 16 janvier, la compétition reprendra selon les calendriers connus, en tenant compte des possibilités dans le cadre des mesures applicables à ce moment-là.
  • Les semaines de jeu non-jouées par cette « pause » (semaines 10 et 11) seront jouées à la fin de la compétition.
  • La période des transferts sera prolongée et/ou déplacée d’un mois en 2022.

Ces mesures ne sont pas prises de gaîté de cœur, mais nous pensons sincèrement qu’elles sont indispensables afin de permettre à chacun de se protéger de cette pandémie qui semble ne pas vouloir nous lâcher.

Elles ne seront bien sûr efficaces que si chacun d’entre vous en mesure la portée.

Je m’adresse là à tous les responsables de clubs. 
Prenez vos responsabilités et ne profitez pas de l’arrêt momentané des compétitions pour organiser dans vos clubs des activités de remplacement qui ne feraient en rien reculer la transmission de ce virus.

Comme à l’habitude, je constate que suite aux décisions prises par les comités de province, un déferlement de colère, voire de haine ou d’insultes se propage sur les réseaux sociaux. C’est inacceptable !

Ces mesures sont prises pour protéger votre santé, par des bénévoles qui endossent le rôle que peu d’entre vous voudraient prendre. Ces fonctions imposent de devoir prendre parfois des décisions impopulaires, c’est pénible pour tout le monde.  Ne perdez pas de vue que ceux qui sont amenés à les prendre en sont également les victimes.

Ce que j’ai pu lire dépasse tout entendement.

Je ne puis que vous conseiller d’adresser votre colère ou de jeter votre courroux sur les comportements irresponsables qui se produisent dans certains clubs, là où l’on ne contrôle pas le CST, là où l’on n’exige pas le port du masque ou encore là où l’on débranche les détecteurs de CO² une fois qu’ils atteignent la limite autorisée, là où chaque fin de rencontre se termine par une soirée dansante où tous les gestes barrières sont abolis….
Les vrais responsables se trouvent peut-être là.

Bien sûr, je ne généralise pas et je sais que beaucoup d’entre vous font tout ce qui est en leur pouvoir pour faire respecter les mesures en vigueur et je les en remercie.
Lorsque nous aurons tous pris conscience que ce problème nous concerne tous, que nous sommes tous dans le même bateau et que c’est ensemble que nous nous sortirons de cette crise, peut-être que nous ferons un pas vers une réelle amélioration.

En attendant, prenez soin de vous et de vos proches, et n’oubliez jamais que tout seul on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin.

Pour la F.B.P. et la F.B.F.P.

Jean-Luc Melleker
Président Fédéral FBFP
Co-Président National.